Haro sur Anne Nivat en Russie ou quand les journalistes font leur boulot

Anne Nivat. Crédit : auteur inconnu (via Facebook)

À l’opposé de l’ours, symbole animal du pays, la démocratie russe est une bête fragile et les journalistes occidentaux – du moins ceux qui font leur boulot – semblent y être, surprise, persona non grata alors que s’y déroule une élection présidentielle ternie par des accusations de fraude et de corruption envers le gouvernement sortant.

C’est donc via Facebook que j’ai appris qu’une de mes idoles journalistiques, la Française Anne Nivat, a été expulsée du pays alors qu’elle a été prise en flagrant délit de crime de lèse-tsar. À savoir : elle arpentait les régions de Russie afin de recueillir de l’information sur l’opposition au Premier Ministre Vladimir Poutine, qui brigue la présidence à l’élection du 4 mars prochain comme s’il ne l’avait jamais vraiment quittée. Elle a été interceptée par la police des migrations russe à un hôtel de la ville de…Vladimir.

Ironie, quand tu nous tiens…

Anne Nivat est une de ces journalistes qui inspirent mes ambitions de carrière. Grande reporter internationale, elle est spécialiste des questions russes et elle a également couvert les guerres en Afghanistan et en Irak. L’ouvrage Les brouillards de la guerre relate d’ailleurs sa rencontre avec les militaires canadiens et sa couverture du dernier chapitre de la participation canadienne à la guerre contre les insurgés, Talibans et autres, dans la province de Kandahar. J’ai eu la chance et l’honneur de la rencontrer au cours d’une causerie tenue en octobre dernier à la librairie Olivieri, chemin de la Côte-des-Neiges. Une femme remarquable, une auteure aux récits touchants et une journaliste chevronnée qui a su, contrairement à l’image de loup solitaire qui caractérisent les grands voyageurs, à équilibrer travail et famille.

Elle fut une des premières journalistes occidentales à avoir pu rapporter la vérité sur la guerre en Tchétchénie. Son secret? La collecte d’infos à ras-le-sol. Vêtue telle une tchétchène, elle a pu ainsi silloner le pays ravagé par l’occupation russe en évitant – du moins au début – les regards suspicieux. Expulsée de Tchétchénie après avoir été arrêtée dans la maison d’une famille locale, elle est donc certainement connue des autorités russes qui lui avaient d’ailleurs émis un visa d’affaires pour son séjour.

Apparemment, la pratique du journalisme ne sont pas des « affaires » en territoire russe…

Article du Wall Street Journal.

Communiqué de Reporters Sans Frontières.

AJOUT 1 : Intimidation sur la page Facebook d’Anne Nivat par un « ami » russe. Le verbatim :

« Chere (sic) Anne,
Je vois avec un immense plaisir que vous avez ete (sic) – enfin! – expulsee (sic) de Russie. Vous avez une immense chance que mon pays soit une democratie (sic), dans d’autres pays vous auriez ete executee (sic) d’une balle dans la nuque. A force de cracher a longueur d’annee (sic) sur un pays ou vous vivez, on franchit le point de non-retour! Je vous souhaite bon vent, et attends les articles outres des pisse-copies du monde, liberation (sic) etc. En esperant (sic) que d’autres crapules de votre genre suivent le meme (sic) chemin »

Partisan pro-Poutine? Oeuvre d’une cellule d’opérations psychologiques (PSYOPS) russe?

AJOUT 2 : Les autorités russes pourraient renverser leur décision.

Une réflexion sur “Haro sur Anne Nivat en Russie ou quand les journalistes font leur boulot

  1. Caroline Leprince dit :

    Quelle femme géniale et courageuse, Anne Nivat! Je suis d’accord avec toi, quand tu dis qu’elle est une source d’inspiration. Tu es chanceux de l’avoir rencontré. Et j’espère qu’elle reviendra à Montréal prochainement!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :