Nouvelle série : Les « muckrakers »

Tintin, un "muckraker" fictif (et dont on attend toujours les textes). Crédit : Hergé

Connaissez-vous le « muckraking »?

Il s’agit d’un genre journalistique qui dérange. Beaucoup. Un journalisme qu’on retrouve de moins en moins dans nos médias*.

Pourquoi?

Parce qu’il tient en joue les puissants de ce monde : gouvernements, institutions internationales, banques, syndicats, multinationales, pétrolières…La liste est non-exhaustive, mais elle comprend tout ce qui exerce un quelconque pouvoir sur le Citoyen – au sens collectif du terme.

Ses méthodes – obtention de documents confidentiels, sources secrètes protégées, tactiques undercover – sortent parfois directement d’un film d’espionnage.

Son étymologie en dit aussi très long sur sa pratique. Il tire son nom de l’anglais muck, synonyme de terre, et de raking, le verbe râteler. Le muckraker fouille, gratte, déterre de l’information souvent cachée, exposant ainsi les injustices, malversations, manigances et autres traficotages, lesquelles se font à l’insu et au détriment le Citoyen.

Ces héros de l’Information avec un grand i oeuvrent souvent dans l’ombre, parfois rejetés par le mainstream journalistique en raison de leur ferme conviction que le journalisme sert d’abord et avant tout l’intérêt public même si celui-ci se retrouve aux antipodes de ceux des grands propriétaires de médias (et/ou leurs amis) et que leur travail engendre quelquefois une apparence de partialité. Mais celle-ci n’est qu’une illusion puisque bien que le muckraking soit un genre journalistique engagé, il opère hors des chapelles idéologiques et se concentre sur l’intérêt public et recherche la vérité, quelle qu’elle soit. Engagé, oui, mais non moins rigoureux.

Cette série s’intéressera donc aux muckrakers.

À l’heure où le journalisme subit des attaques de toutes parts, on cherche l’espoir où on peut le trouver.

*AJOUT : Mon collègue Vincent Larouche, de La Presse, me fait remarquer que, selon lui, il y a de plus en plus d’enquêtes (« plus que jamais », dit-il) dans nos médias. Après réflexion, je lui donne raison sur le plan quantitatif. Les formats sont seulement différents.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :