À propos

Martin100413

 

L’indépendance…Parce que synonyme de liberté.

Journaliste indépendant au parcours atypique, Martin Forgues a passé près de 12 ans dans les Forces armées canadiennes avant de troquer, début 2011, son fusil pour la plume. Il a
notamment servi en Bosnie en 2002 et en Afghanistan en 2007.

Il travaille principalement pour les médias écrits – imprimé et web – et la radio. On a pu récemment le lire dans des magazines grand-public (L’actualité, Châtelaine, Gazette des Femmes), des magazines spécialisés (L’actualité médicale, L’actualité pharmaceutique, Vanguard Military Magazine), des sites web d’information (Open File, L’actualité web, Le République), des médias « coop » (Journal Ensemble) ainsi que dans Le Trente, le magazine de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

À la radio, il animera durant l’été 2014 sa première émission intitulée « Des voix, des mondes », consacrée à l’actualité et à la culture internationales sur les ondes de CIBL 101,5FM. Il a auparavant collaboré à l’émission matinale Les Oranges Pressées pendant près de trois ans. Il a reçu son baptême de la Première Chaîne alors qu’il a rendu compte de la situation en direct du Mali lors de l’intervention française en janvier 2013 à l’émission Première heure dans la Vieille Capitale.

Il a aussi amorcé une carrière de reporter international, ayant couvert la guerre au Mali durant l’hiver 2013 pour différents médias. Il s’est rendu en Afghanistan en novembre 2013 dans
le cadre d’une série de reportages portant notamment sur les impacts à long terme de la dernière guerre ainsi que sur les conditions des femmes. Sa tournée médiatique l’a notamment conduit à l’émission Médium Large sur Ici Radio-Canada Première et chez LCN à l’émission 30 sur le radar.

Bilingue, il collabore également aux magazines VICE et SOFREP, un site d’informations sur les affaires militaires/défense/sécurité.

Il publie en mai 2014 un premier essai sur la guerre du Canada en Afghanistan qui paraitra chez VLB Éditeur. Il achève aussi la production d’un premier documentaire sur la nouvelle génération d’anciens combattants, Du sable dans les bottes, avec le réalisateur Alain Goudreau. Actuellement en postproduction, le film est produit par sa propre compagnie, Productions Village global.

Il a étudié la science politique, le journalisme et la philosophie à l’Université Concordia.

3 réflexions sur “À propos

  1. Jean-François Houle dit :

    Monsieur Forgues bonjour,
    Après la lecture de votre article publié dans La Presse du samedi 29 mars 2014 à propos des »Afghans trahis par Ottawa ». Juste une note: je suis Québécois citoyen canadien et chasseur par surcroit. Depuis septembre dernier j’essaie de remettre à niveau ma carte d’acquisition et possession d’arme à feu avec la GRC. J’ai eu le malheur de poster mon renouvellement en retard…(faute punissable par lenteur administrative.) Vous comprendrez que j’habite Montréal au Québec dans le Canada… et je peux à ma guise téléphoner à la GRC au Nouveau Brunswick pour aider à l’avancement de mon dossier. Et bien, il faut croire que ce service administratif qui coûte une fortune aux canadiens est aussi inefficace que le service d’immigration en Afghanistan. Théoriquement je ne peux pas acheter de munitions pour la chasse si ma carte n’est pas valide? Nous sommes rendu à l’aube de la chasse au dindon sauvage, à l’ours et j’en passe, mon cas n’est toujours pas encore réglé. J’imagine encore ce pauvre afghan collabo qui à bien servit les Forces Armées en Afghanistan ce débattre comme un diable dans l’eau bénite pour régler ces papiers d’immigration…Nous vivons dans un beau pays supposément accueillant mais encore faut-il avoir le bon papier…

  2. Joel Malard dit :

    Je vis à Fremont, CA que certain appellent le petit Kaboul. J’ai grandi au Québec, né de parents français, je ne suis pas militaire de près ou de loin. Votre livre « L’Afghanicide » donne un point de vue qui est rare ici, il est comme une bouffé d’air frais. Merci de l’avoir écrit.

    La France médiévale à la fin de la guerre de Cent Ans faisait face à des conflits religieux locaux, on dit que le roi de France fit venir en Normandie des mercenaires qu’il déclara libre et franc sur les terres qu’il leur donna en échange d’assurer la sécurité des populations locales. C’est une solution médiévale dont je n’ai pas entendu parler par les medias, et qui aurait donné des resultats. Certaines des familles créés de la sorte ont gardé le respect des populations locales parfois longtemps après la révolution francaise. Est elle pertinante en Afghanistan? Franchement je ne sais pas.

    Salutations,

    Joël Malard

  3. […] militaire qui devient journaliste, on n’en rencontre pas tous les jours. Martin Forgues en est un que je respecte beaucoup. Après 12 ans dans les Forces armées canadiennes, il a […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :